Close

Secouriste en Santé mentale

premiers secours en santé mentale

Comparable à la formation « Prévention et secours civiques » orientée sur les accidents physiques, la formation « Premiers secours en santé mentale » permet d’apprendre à porter assistance à une personne en situation de détresse mentale. Apparue depuis peu, cette formation se démocratise de plus en plus.

Mais qu’il y a-t-il derrière ce nom ? Quels secours peuvent être apportés concrètement ?

Réponses dans cet article !

Partager sur LinkedIn

Introduction à la santé mentale

 

Quand un collaborateur traverse une période difficile, qu’elle soit personnelle ou professionnelle, il est important d’avoir les clés pour enclencher la proposition de mise en place d’une aide.

 

La santé mentale est un sujet souvent tabou dans le monde du travail, et pourtant, selon l’OMS, 1 personne sur 5 souffrira d’une maladie mentale au cours de sa vie !

 

Il est donc fort probable qu’une personne dans votre bureau ou à votre étage souffre de troubles psychiques, et n’ose pas en parler : contrairement à la santé physique, une santé mentale dégradée est aujourd’hui encore beaucoup stigmatisée, alors qu’elle est le signe d’un déséquilibre, au même titre qu’une maladie physique.

 

Tout le monde traverse au moins une fois dans sa vie un passage à vide psychique, et c’est normal.

 

Il existe tout un spectre de troubles psychiques plus ou moins fréquents parmi lesquels : la dépression, les troubles anxieux, les troubles psychotiques (schizophrénie, bipolarité,…), les troubles liés à l’utilisation d’une substance, les problèmes d’addiction au jeu, ou encore les troubles du comportement alimentaire.

 

Mais alors, en quoi consistent les premiers secours en
santé mentale ?

 

Le programme de Premiers Secours en Santé Mentale a été conçu en 2000 à Canberra (Australie) dans le but d’élargir le principe de formation aux premiers secours, pour aider la population à fournir un soutien initial mieux adapté à une personne développant un trouble psychique ou en état de crise.

 

Bien évidemment, les secouristes en santé mentale ne sont pas des professionnels de santé, et ne posent donc pas de diagnostic, ni ne font de thérapie. Ils sont là pour accompagner la personne en souffrance psychique à trouver le soutien le plus adapté à la situation.

 

La formation permet au secouriste de disposer d’outils permettant de déceler les premiers signes d’un trouble et apporter l’aide la plus adaptée à la personne blessée ou malade.

 

Contrairement aux premiers secours, le secouriste en santé mentale intervient généralement auprès de personnes qu’elle connaît, ou si elle exerce une activité professionnelle dans le service à la population type enseignant, policier, ou encore pompier.

 

Sur le même principe que le PEAS pour les accidents de la route (protéger, examiner la personne, alerter, secourir), un plan d’action existe pour les premiers secours en santé mentale : AERER.

 

AERER, C'est-à-dire ?

A – APPRocher la personne, évalueR et assister en cas de crise

Dès cette première étape, il est important de trouver le bon moment, que ce soit pour la personne et le secouriste : ce dernier doit se sentir disponible pour accueillir l’autre. Il est également primordial de mettre en place un espace de confidentialité.

Dans certains cas, la personne peut être en crise : le plan d’action AERER ne peut être mis en place, il faut très rapidement appliquer les premiers secours en cas de crise (attaque de panique, comportement suicidaire par exemple).

 

E – ECOUTER activement et sans jugement

Il est important en tant que secouriste de mettre de côté tout jugement, et d’écouter avec empathie, en faisant appel à des compétences en communication verbale et non verbale afin que la personne se sente libre de parler de ses problèmes.

 

R – RECONFORTER ET INFORMER

Lorsque la personne sent qu’elle est vraiment écoutée, il est plus facile pour le secouriste de la réconforter et de l’informer. La réconforter en lui donnant l’espoir d’un rétablissement, lui rappelant qu’elle n’est pas seule à vivre ces épisodes et qu’elle n’en est pas responsable, qu’il existe des solutions. L’informer si elle le souhaite sur les troubles psychiques.

 

E – Encourager à aller Vers des professionnels

Le secouriste va informer la personne de toutes les possibilités d’accompagnement par des professionnels de santé, et lui expliquer également si elle le souhaite les différentes solutions à disposition : médicaments, psychothérapie, soutien dans l’insertion socio-professionnelle, aides sociales, …

 

R – REnseigner sur les autres ressources disponibles

Le secouriste peut renseigner la personne sur des stratégies d’auto-aide (cohérence cardiaque, méditation, lectures,…) et l’encourager à chercher du soutien auprès de ses proches si cette option est envisageable.

 

Le retour d'expérience de Caroline

J’ai déjà eu l’occasion de mettre en application ces connaissances pour approcher certains collègues que je sentais dans une période difficile : j’ai observé la durée, l’intensité et l’impact de ces signes sur la personne qui indiquait un mal-être sérieux, et je suis allée la voir pour l’aider.

Grâce à cette formation Premiers secours en Santé Mentale, tous les outils appris, les ressources communiquées, et le fameux AERER, je me sens beaucoup plus à même d’aider quelqu’un qui souffre de troubles psychiques.

 

Pour ALLEr PLUS loin

Il y a aujourd’hui un peu plus de 75 000 secouristes en France, et si vous étiez le prochain ?

Le site PSSM France condense la liste des formations disponibles sur le territoire français, la formation pour être secouriste en santé mentale dure 2 jours.

Lien vers la liste des formations : https://pssmfrance.fr/calendrier-formations/

Source : Manuel des premiers secours en santé mentale, par PSSM France

 

« Notre seul pouvoir véritable consiste à aider autrui »

DALAÏ LAMA